• Le besoin d'écrire la nuit

    Hello les amis♥

    Je crois qu'actuellement je suis rentrée dans une phase de "manque" d'écrire. J'ai besoin de prendre une plume (de corbeau? ^^'), de l'encre et de tracer ce à quoi je pense. Bon du coup ça sera le clavier. Le truc derrière tout ça, c'est que je viens de sortir d'une année difficile qui est la Paces. Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est, c'est la Première Année Commune aux Etudes de Santé. Une année pleine de rebondissements, de sciences dures, d'anatomie, mais surtout de concours. Une année où l'on coche plus de cases que l'on écrit de paragraphes.

    Le concours est en deux parties, une partie par semestre. Pas besoin de vous dire que les résultats sont tombés et que j'ai échoué, sinon j'aurai écrit cet article avec un air un peu plus euphorique (Mad hatter si tu passes par là, merci pour le mot hihi). Mais je ne perds pas la philosophie de ce blog, qui est de garder une bonne humeur quoi qu'il se passe: trouver le côté positif de tout cela.

    Bon déjà avant toutes choses, j'aimerai remettre les choses dans l'ordre. Tout d'abord, je suis en train d'écrire sur mon ordi à plat ventre, sans lumière; chose que je n'avais jamais faite avant (disons que quand j'étais plus petite, il m'était plus difficile de me faufiler en douce la nuit pour écrire sur Ekla haha).

    Je ne suis pas triste. Enfin je crois que je ne le suis plus.

    A l'annonce des résultats que l'on reçoit par mail (sujet sur lequel nous pourrions peut-être débattre plus tard), j'étais fébrile. J'avais déjà un mauvais classement au premier semestre (et encore heureux, je n'ai pas été éliminée dès le S1), mais j'espérais pouvoir remonter au second semestre afin d'avoir la chance de pouvoir doubler. Il s'avère malheureusement que ce n'est pas le cas. Après avoir digéré ce choc et bien pleuré, je me suis rendue compte que mon rêve depuis toujours, celui de devenir pédiatre, s'effondrait totalement.

    Mais remontons la pente, réfléchissons un peu (je me parle à moi-même mais je vous ajoute sans problème dans la discussion ^^)

    Déjà à mon étonnement, je m'en suis vite remise. A cause de cela, j'ai même l'impression d'avoir complètement perdu de l'intérêt pour le métier auquel je visais, sans m'en rendre compte. Je pense peut-être trop?

    Ce fut une année difficile. A force de travailler, de ne plus sortir et de ne voir quasiment plus personne, on devient très vite un peu bourru et déboussolé. Sans parler de ma méthode de travail qui en début d'année était catastrophique. Au second semestre tout allait déjà mieux: j'arrivais à gérer mon stress, je travaillais avec plus d'entrain, malgré un mauvais classement au début. Mais je n'ai pas réussi à remonter la pente. D'ailleurs si le sujet vous intéresse, je pourrai écrire un article concernant les méthodes de travail, que cela soit pour n'importe quelles filières et études: vous parler de mon expérience et des choses à ne pas refaire.

    Bref, au final, je ne sais même plus si médecin est un métier qui est fait pour moi. Accéder à ce métier est très difficile et ce dans la plupart des pays. Mais la France est bien le seul pays que je connaisse qui a une aussi forte demande d'étudiants voulant devenir médecin, sage-femme, dentiste, pharmacien ou kinésithérapeute. C'est aussi un sujet à débattre je pense. 

    Mais je ne perds pas mon objectif initial: travailler dans la santé, être au contact des patients et pouvoir les aider dans leur rétablissement♥ J'ai toujours eu cette ambition de vouloir aider au mieux les personnes dans le besoin. Donc si je ne peux pas travailler dans le médical, alors j'aimerais faire en sorte de travailler dans le paramédical.

    Pour l'instant, je n'ai pas trop envie de m'étayer sur le sujet. Déjà parce que je ne veux pas vous ennuyer, mais surtout parce que l'article est bien assez long comme ça. De toutes façons, je vous partagerai un peu plus de ma réflexion et de mon nouveau parcours universitaire dans un prochain article.

    Des bisous sur vos deux joues xx


  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Juin 2018 à 08:24

    Je trouve ça vachement cool que malgré les difficultés tu aies sincèrement envie de continuer pour être en mesure d'aider les gens. ^^ C'est très louable et je ne peux que t'encourager à poursuivre et surtout: à réussir! Ne lâche pas l'affaire, tu trouveras bien le moyen de faire ce que tu veux! o/

    (écrire c'est bien mais évite de le faire dans le noir en revanche, parce que tu vas t'abîmer les rétines)

      • Vendredi 15 Juin 2018 à 14:23

        Je te remercie, on verra bien à l'avenir pour la réussite (je l'espère très fort et ferai en sorte d'y arriver).

        Haha tu as bien raison, mais j'écris sans regarder le clavier, donc je me dis qu'avec la lueur de l'écran ça ne pose pas de problème?

    2
    Vendredi 15 Juin 2018 à 12:38

    L'écriture est un bon moyen d'évasion on s'y perd parfois et on s'y retrouve souvent, mais vraisemblablement on s'exprime mieux par la plume qu'oralement !

    Continuez dans ce sens et vous y verrez des adeptes de la " bonne " lecture =^_^=

      • Vendredi 15 Juin 2018 à 14:31

        C'est bien vrai! Je vous remercie de tout cœur pour votre commentaire! *.*

    3
    Vendredi 15 Juin 2018 à 14:31

    Comme l'a dis un grand homme: DO IT!

    Justement, ce n'est pas le fait de mal voir et de devoir forcer. C'est le fait d'avoir les yeux rivés sur l'écran alors que tu en est proche, et qu'en plus de ça il fait sombre dans la pièce. Tes yeux vont se fatiguer plus vite dans ces conditions là. 

      • Vendredi 15 Juin 2018 à 15:54

        Je prends en note tes conseils, merci! xx

    4
    Vendredi 15 Juin 2018 à 15:58

    Ce serait dommage de trop t'abîmer la vue, fais attention. ^^ Être économe en lumière c'est bien, mais il ne faut pas non plus se priver quand il y a besoin! (je faisais ça pendant longtemps, rester dans le noir en me disant que ça va, mais c'était vraiment trop mauvais)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :